La Presse

 


 8e tour de la Coupe de France en Alsace

: J - 4 Les footballeurs se disent déçus par la Ville Jorge Guedes, président du SAS, et Jean-Louis Mazzéo, entraîneur. TRES motivés et un peu remontés les Sézannais du SAS. L'équipe fanion se déplace ce dimanche à Illkirch-Grafenstaden (Bas-Rhin) pour jouer un 8e tour de Coupe de France. Sézanne est à ce jour le seul club amateur de Champagne-Ardenne à rester dans la compétition. S'il y a victoire dimanche, les Sézannais pourraient jouer dans la cour des grands. « La mairie ne se manifeste pas » En attendant, les dirigeants sézannais regrettent le peu d'engouement suscité par la rencontre de dimanche dans la cité des mails. En particulier du côté de la mairie. Explications avec Jorge Guedes, président du SAS et Jean-Louis Mazzéo, entraîneur de l'équipe fanion. A quelques jours de cette rencontre d'importance en Alsace, dans quel état d'esprit se trouve l'équipe ? Jorge Guedes. Illkirch possède de très bons joueurs. Cela s'annonce difficile. Mais toutes les conditions sont réunies pour que nous gagnions. Nous avons une carte à jouer. Jean-Louis Mazzéo. Nous ne pouvons pas nous entraîner de façon optimale, puisqu'il n'y a pas de terrain synthétique à Sézanne. Néanmoins, la rencontre de ce dimanche va beaucoup se jouer sur le mental. « Nous représentons fièrement la ville » Justement, Sézanne se déplace pour la 4e fois. N'est-ce pas trop difficile de jouer encore à l'extérieur ? Jorge Guedes. Nous allons jouer dans un environnement hostile. Le club d'Illkirch est très bien entouré. Ils attendent un millier de spectateurs autour de la pelouse dimanche. Les supporters du SAS seront donc en minorité, puisqu'un seul bus transportera des Sézannais en Alsace. Est-ce une situation que vous regrettez ? Jean-Louis Mazzéo. Nous sommes déçus du peu d'enthousiasme autour de ce match. La mairie ne se manifeste pas. Alors que l'équipe est une belle vitrine pour ville. Jorge Guedes. Nous ne voulons pas quémander quelque chose en plus. Mais un mot d'encouragement d'un élu aux joueurs ne ferait pas de mal. J'ai le sentiment aujourd'hui que peu de monde mesure l'enjeu qui se joue dimanche. C'est aujourd'hui qu'il faut être là. Une victoire dimanche en Alsace, cela signifie pour les Sézannais la garantie de jouer un 32e de finale de coupe à domicile début janvier. Et ceci, contre une grande équipe. Êtes-vous démotivés ? Jorge Guedes. Non, au contraire. Les joueurs sont très soutenus en interne. Et nous trouvons notre force dans l'adversité. Nous partons pour gagner dimanche. Et si nous perdons, ce ne sera pas dans l'anonymat. Ce genre d'occasion ne se reproduit pas tous les ans. Jean-Louis Mazzéo. Nous allons faire en sorte de bien représenter la ville. Comment voyez-vous la suite ? Jorge Guedes. J'espère que si nous passons ce tour, nous pourrons compter sur la Ville. Nous représentons fièrement Sézanne. Nous espérons aussi un retour d'ascenseur. Recueilli par Guillaume TALLON Match ce dimanche 12 décembre à 14 h 30 au stade Albert-Schweitzer d'Illkirch. Un bus est mis à la disposition des supporters voulant se rendre en Alsace pour encourager les Sézannais. Départ dimanche 12 décembre à 8 h 30 au stade Saint-Hubert. Tarif : 20 euros. Renseignements et inscriptions au 06.12.44.63.80. Les joueurs ne seront pas du voyage, ils se rendront à Ilkirch-Graffenstaden le samedi soir.

Football (Coupe de France 8e tour) / Sézanne : Kellih tient à sa revanche

Publié le vendredi 10 décembre 2010 à 11H00 Hassan Kellih .   Défenseur central du SAS depuis 2009, Hassan Kellih (29 ans) est défini par ses équipiers comme le leader du vestiaire sézannais.Formé à Troyes, le conseiller clientèle d'un établissement de crédit accepte ce portrait et l'appuie par un discours volontariste.Dimanche, pour le 8e tour de la Coupe de France, à Illkirch-Graffenstaden, il veut vivre la plus belle émotion de sa vie de footballeur, celle dont il a été privé lors d'un passage à La Chapelle-Saint-Luc.« Pas la peine de se mettre la pression »Hassan, Illkirch joue pendant que vous ne pouvez même pas vous entraîner. Comment vivez-vous cela ?« C'est délicat. A Sézanne, on a de bonnes conditions de travail, sauf en hiver. On est un peu défavorisé par rapport à notre adversaire mais on sera hyper-motivés. »Le mental sera-t-il la clé de votre réussite ?« Ce sera une ressource pour compenser notre déficit de préparation. C'est un match historique pour 99 % d'entre nous. La chance de vivre un 32e de finale ne se représentera pas de sitôt. Peut-être même jamais… Ce n'est pas la peine de se mettre la pression mais il faut en prendre conscience. »Que connaissez-vous d'Illkirch-Graffenstaden ?« Mon frère y a habité (rires)… Non, on part dans le flou. C'est un peu le même type de match qu'à Ailly-sur-Somme au tour précédent. »Avez-vous déjà vécu un tel parcours dans votre carrière ?« Quand j'étais à La Chapelle-Saint-Luc, le club avait connu une belle aventure mais j'étais à côté. Blessé aux ligaments croisés à l'avant-dernier match de la saison précédente, je l'avais vécu par procuration. C'est frustrant. En revanche, des joueurs connus à Troyes et La Chapelle (Moukhlil, Mezriche, Dieye) ont vécu l'épopée de Colmar la saison passée. On a beaucoup échangé. Ils m'ont évoqué tout le bonheur du vestiaire, l'engouement autour du club… Mais, en fait, ça ne se décrit pas. Ça se vit. »Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire dimanche…« Gagner, accéder aux 32es de finales en espérant une L1. On le fera pour nous mais aussi pour tous les bénévoles du club qui font que nous évoluons chaque dimanche dans les meilleures conditions. »Propos recueillis par Philippe LAUNAYILLKIRCH. - Mercredi, Illkirch a disputé et gagné un match de son championnat d'Excellence Bas-Rhin (équivalent de la DHR Champagne) contre Dinsheim (2-1). Cela lui a permis de faire purger leur match de suspension à trois titulaires, Manu Riehl, Etienne Kraemer et Régis Arnould.

Publié le samedi 11 décembre 2010 à 11H00 Les joueurs sézannais devraient très probablement affronter les Alsaciens d'Illkirch ce dimanche.   La Ligue et le District de la Marne ont fermé tous les terrains et reporté tous les matchs qui devaient avoir lieu ce week-end dans le département. Les footballeurs sézannais resteront donc au chaud samedi et dimanche.Exceptés ceux de l'équipe fanion, qui devraient très probablement jouer leur match demain dimanche à 14 h 30 en Alsace. Hier après-midi, le match de 8e tour de Coupe de France contre l'équipe d'Illkirch-Graffenstaden, n'était pas reporté. On attend que de la pluie demain en Alsace.Sur le site internet de la Ligue de foot alsacienne, il est noté que, « il semble que le match face à Sézanne puisse se jouer sans trop de difficultés. Du côté du terrain, les nouvelles sont plutôt bonnes. La décision appartient à la ville d'Illkirch mais la pelouse du stade Albert-Schweitzer semblait jeudi soir tout à fait jouable ».Rappelons qu'un bus est mis à la disposition des supporters voulant se rendre en Alsace pour encourager les Sézannais. Départ dimanche 12 décembre à 8 h 30 au stade Saint-Hubert. Tarif : 20 euros (entrée au stade comprise). Un repas chaud (payant) sera mis à la disposition des supporters à leur arrivée au stade. Inscriptions au 06.12.44.63.80. Les joueurs, eux, se rendront à Ilkirch-Graffenstaden dès ce soir.

Publié le dimanche 12 décembre 2010 à 10H39 Pour se préparer, Charvaux, Boudard, Bourdon et leurs coéquipiers sézannais ont pris, hier, la route d'un hôtel à Haguenau.   lllkirch-Graffenstaden (Excellence) - Sézanne (DH).Une qualification pour Noël avant une Ligue 1 pour les étrennes. Les Sézannais ont deux raisons de battre les Illkirchois cet après-midi, en Alsace. SÉZANNE n'a jamais atteint un 8e tour de Coupe de France. Le match de cet après-midi à Illkirch-Graffenstaden comporte donc déjà une dimension historique mais le SAS en veut plus. Il ne veut pas caler si près de la fête promise dès demain avec l'entrée en lice des vingt clubs de Ligue 1 (*).Le billet pour les 32es de finale se jouera cet après-midi à Illkirch-Graffenstaden. C'est du « 50-50 ». Qui a dit ça ? Jean-Louis Mazzéo et Gabriel Richter, les deux entraîneurs…L'adversairePensionnaire de l'Excellence Bas-Rhin, Illkirch-Graffenstaden rêve de monter en DH. Vainqueur de Dinsheim mercredi en match en retard (2-1), le club de la banlieue de Strasbourg est 4e. En position d'attente donc alors qu'il espérait plus faire la course en tête. Son effectif le lui autorisait. Nombre de ses joueurs ont déjà évolué en CFA. Arnould, le capitaine (lire ci-contre), a été formé à Metz avec le Saint-Quentinois Youns Diani et a connu un quart de finale de Coupe de France avec Schiltigheim.Autre ex-Schilikois, Riehl avait sorti Créteil alors en L2, dans la même compétition. Enfin, Djordjevic est le 3e à avoir porté les couleurs vertes de Schiltigheim en CFA.Le contexteIl est favorable aux Alsaciens. Parce qu'ils reçoivent d'une part. Et, d'autre part, parce qu'ils ont joué mercredi en championnat, permettant ainsi aux défenseurs Riehl et Arnould ainsi qu'au milieu défensif Kraemer de purger leur suspension. Les Illkirchois ont aussi pu se remettre en route. « C'est un plus », concède Gaby Richter.En face, les Sézannais n'ont plus joué depuis trois semaines et n'ont pu accéder à un terrain en herbe que jeudi et vendredi. Leur mécontentement a été entendu par la Ville (nos éditions du 7 et 8 décembre) : « Je remercie la municipalité. On a pu retrouver des sensations et procéder à la mise en place tactique », concède Jean-Louis Mazzéo. « Au plan athlétique, je ne suis pas inquiet. On a bien bossé physiquement. Mais, nous avions besoin de ces repères, d'évoluer sur un terrain qui se rapproche de ce que nous trouverons dimanche (cet après-midi) ».La cléIllkirch et Sézanne misent sur leur potentiel offensif. « C'est le même profil, avoue Richter. L'équipe qui va l'emporter sera celle qui aura fait preuve de la plus grande efficacité offensive ou de la plus grande rigueur défensive ». Sur une aire de jeu annoncée au mieux grasse, au pire, gelée ou boueuse, le festival offensif n'est toutefois pas garanti.A cette force de frappe partagée et reconnue, Mazzéo ajoute une dimension : l'environnement. Le stade illkirchois risque d'afficher complet. « Il sera capital de faire abstraction de ce qui se dit autour du terrain. Il faudra rester dans le match ».Paroles de coachesGabriel RICHTER (Illkirch-Graffenstaden) : « J'espère que nous aurons du monde derrière nous. Ce serait un avantage. Toutes les rencontres ont été reportées en Alsace. Nous serons les seuls à jouer le dimanche. Les supporters apporteraient un plus. Sur Sézanne, j'ai pris des infos : c'est du costaud ».Jean-Louis MAZZEO (Sézanne) : « J'ai eu des tuyaux sur Illkirch. Cette équipe est plus forte que celle d'Ailly-sur-Somme que nous avons battue au 7e tour. C'est du niveau d'une DH. On va jouer avec nos arguments même si j'appréhende le début de match. Notre premier depuis le 21 novembre… »Philippe LAUNAY(*) Le tirage au sort se déroulera demain à Bordeaux, à l'Hôtel de Région Aquitaine (18 h 30).

Coupe de France (8e tour) / Sézanne qualifié

Publié le dimanche 12 décembre 2010 à 18H08

 

Deux buts inscrits en seconde période par El Mandili et Boudard ont propulsé Sézanne en 32e de finale de la Coupe de France. Cet après-midi, les Sézannais ont évité le piège tendu en Alsace par Illkirch-Graffenstaden (2-0). Sézanne rejoint Sedan et Reims. Le tirage au sort, demain à Bordeaux (18 h 30) peut lui offrir une L1

 

Coupe de France (8e tour) / Sézanne poursuit son rêve

 

En venant à bout d'une surprenante équipe illkirchoise, les Sézannais se sont qualifiés pour les 32es de finale. Tous les rêves sont permis pour les protégés de Jean-Louis Mazzéo.

LA victoire des Marnais est d'autant plus belle qu'elle a été acquise dans la souffrance. Que l'on ne s'y trompe pas, les Sézannais ont souffert, hier après-midi, sur la pelouse d'Illkirch-Graffenstaden.
Attendus de pied ferme par une équipe alsacienne qui rêve de monter en Division d'Honneur au terme de la saison, les protégés de Jean-Louis Mazzéo ont su faire preuve d'autorité, en seconde période notamment. Mais après une entrée en matière parfaite, simplement gâchée par trois interventions déterminantes du gardien bas-rhinois Touaffek (1re, 3e, 15e), les Sézannais ont subi, beaucoup trop d'ailleurs au goût de leur entraîneur, qui a regretté que ses joueurs n'aient pas réussi à davantage « tenir les duels »
Au cœur de la tempête, Aurélien Fritsch, le portier champenois, a fait quelques miracles. L'attaquant illkirchois Djordjevic a bien trompé la vigilance de la défense sézannaise, à la demi-heure de jeu, mais il n'a pu passer le dernier rempart, solide comme un roc et auteur d'un arrêt réflexe un mètre devant sa cage.

L'avertissement de Boudard


Quelques minutes plus tard, c'est Joussot qui le secondait, sur la ligne de but, suite à une frappe de Bottemer, à la réception d'un coup franc excentré de Djordjevic.
« A ce moment, nous tombions clairement dans l'approximation, souligne Jean-Louis Mazzéo. Heureusement, nous avons repris notre travail de sape, qui a fini par payer ».
Sézanne se montre en effet bien moins permissif en seconde période. L'attaquant marnais Boudard envoie un premier avertissement à Illkirch, dès la 46e, d'une frappe du droit dans un angle fermé qui frôle la transversale.

Quelle belle aventure !

C'est El Mandili, d'un tir du gauche imparable à l'entrée de la surface de réparation, qui débloque la situation (0-1, 65e). A cet instant, l'explosion de joie du banc est à la mesure des espoirs sézannais de poursuivre leur formidable aventure en Coupe de France. Et la tête décroisée de l'avant-centre Djordjevic (62e), ou le ciseau retourné de son compère Bottemer (69e) constituaient autant de tentatives manquées, pour les Illkirchois, qui gonflaient à bloc le moral des visiteurs. Décidés à prendre leur adversaire en contre, les Sézannais ont vu leur entreprise couronnée de succès.
Sur une rapide remontée de terrain, Boudard tuera le suspense (0-2, 84e), d'un bijou de frappe enroulée du gauche, face à un gardien trop avancé. « C'est historique, on veut en profiter, sourit le buteur. Maintenant, on espère obtenir un bon tirage pour les 32es de finale… » Avec la perspective, forcément alléchante, d'hériter d'une équipe de Ligue 1.

 

Au lendemain de l'exploit des joueurs du SAS / « Le devoir est accompli »

Publié le mardi 14 décembre 2010 à 08H14

Jorge Guedes, président du SAS : « C'est historique ! »

Jorge Guedes, président du SAS : « C'est historique ! »

 

Deux jours après leur victoire en Alsace,  les Sézannais seront de retour à l'entraînement ce soir. Avec des étoiles dans les yeux. Mais aussi leur match de dimanche et leur 32e de finale face à Raon-l'Etape en ligne de mire.

LE score est sans appel : 2 A 0. A Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin), les Sézannais ont fait bien plus que briller. Au lendemain de leur large victoire, alors qu'ils vont affronter l'US Raon-l'Étape (Vosges) pour les 32es de finale, les Sézannais sont encore sur leur petit nuage. Mais ils gardent la tête froide. Entretien avec Jorge Guedes, président du SAS.

Quel sentiment domine au lendemain de cette victoire face à Illkirch dans ce 8e tour de Coupe de France ?
« De la joie. Le sentiment du devoir accompli, par le club et par la ville. Cette qualification, c'est historique. »

Pour les joueurs du SAS, ce match était loin d'être gagné d'avance. Qu'est-ce qui a fait que les Sézannais prennent le dessus sur les Alsaciens d'Illkirch, qui pourtant jouaient à domicile ?

« Nous jouions contre une très bonne équipe, très motivée. On s'est un peu compliqué le match en première période. Mais l'entraîneur Jean-Louis Mazzéo et moi-même avons réussi à motiver les joueurs avant la seconde mi-temps. Nous avons su créer un sentiment de révolte. Ce qui nous a permis d'ouvrir la marque rapidement. »

Pour les 32es de finale début janvier, Sézanne affrontera une équipe de CFA, l'US Raon-l'Étape, dans les Vosges. Ce tirage est-il celui que vous espériez ?

« Nous aurions préféré, pour la ville, recevoir un grand club. Ce n'est pas le cas. Il faut accepter ce tirage et vite anticiper ce match. Nous aurons une carte à jouer. Nous avons gagné en Alsace, pourquoi ne pas l'emporter aussi dans les Vosges ? »

Comment vont se dérouler les jours à venir ?

« On continue du bon pied. Cette magnifique aventure ne fait que continuer. Nous allons rêver encore quelques semaines. On essaie de maintenir cette spirale d'engouement et de joie. Une joie qui n'est pas le résultat d'un joueur, d'une équipe, mais d'un club tout entier. Un club qui est aujourd'hui récompensé. »

Et la Ville ?

« Je tiens à remercier la Ville qui nous a prêté les terrains jeudi et vendredi pour nous entraîner. Ceci malgré les mauvaises conditions météorologiques. Ce sont ces entraînements qui expliquent aussi cette seconde mi-temps lors de laquelle nous avons inscrit deux buts. »

Les trois semaines d'ici la rencontre avec Raon-l'Étape vont être longues. Comment allez-vous gérer l'attente jusqu'à ces 32es de finale ?

« Les congés de fin d'année vont être très courts. Ce ne sera pas banal, mais nous allons les passer de façon normale. Nous avons un match de championnat ce dimanche 19 décembre. Nous affrontons Eclaron, une équipe qui aura à cœur d'ajouter Sézanne à son tableau de chasse. Dès ce mardi soir à l'entraînement, Jean-Louis Mazzéo va motiver les troupes. Ce n'est pas le moment de perdre des points en route, car notre objectif reste la montée en CFA 2. »
Recueilli par Guillaume TALLON

 

Coupe de France (32emes de finales) / Un tirage en bois pour Sézanne

Publié le mardi 14 décembre 2010 à 08H15

 

Raon-l'Etape (CFA) - Sézanne (DH)

La voix éraillée et les yeux cernés trahissent la fête qui lui a bouffé une partie de sa nuit. Depuis Bordeaux, Jean-Louis Mazzéo garde la face. Le coach sézannais parle de « tout faire pour prolonger l'aventure », évoque sa frustration d'effectuer un « cinquième déplacement »…
Tout ça ne change rien au fond des sentiments. Aller à Raon-l'Etape, le XXe de CFA, est ce qu'il y avait de pire comme tirage pour Sézanne.
Quand on rêvait de Lille ou Auxerre, rendre visite aux Vosgiens, habitués des 32es de finale, ressemble à un coup tordu. Au pire, Arles-Avignon aurait fait l'affaire. A la pizzeria Les Coteaux, où s'étaient réunis hier quelques héros du succès de la veille à Illkirch-Graffenstaden(*), le pastis coulait d'ailleurs encore un peu. Comme un appel du pied…
Sur le papier, Raon-l'Etape, porté à bout de bras par la marque Clairefontaine, sera le favori. D'autant plus qu'il vient de sortir Grenoble (L2) au tour précédent. Au milieu de la forêt vosgienne, il faudra que les stars des Coteaux résistent façon Robin des Bois.
Une chance au tirage, une autre au grattage, prétendait un slogan de la loterie nationale. Au tirage, c'est donc râpé. Et il fallait gratter pour trouver un Sézannais moins déçu que les autres.

La revanche d'Aurélien

Aurélien Ferreira était celui-là. Le milieu défensif des Jaune et Bleu a reçu le premier coup de fil. Il venait de Raon-l'Etape où il a joué en 2008-2009.
Séduisant avec Sainte-Anne et courtisé par le Stade de Reims qui ne s'était pas montré assez généreux, le Sézannais s'était engagé avec les Raonnais sur les conseils de Carlos Lopez. « J'aurais une revanche à prendre », assure celui qui est revenu au club cette saison, après un crochet par l'US Roye. « A Raon, je me suis blessé contre Sochaux (B) en championnat (fracture du métatarse droit). On venait d'être sorti en 32es de finale par Grenoble, alors en L1. Cela s'était joué aux tirs au but. Après, quand on est blessé, on n'est plus le même pour le staff », rumine encore Aurélien content de retourner là-bas. « Il y aura un coup à faire. On ne voudra pas mourir comme ça… Mais, on rêvait quand même d'autre chose ».
A 20 h 15, l'établissement s'est vidé. Qu'elle était loin la première clameur née après le tirage de l'affiche Agen-Poitiers. Rien de bien emballant vu d'ici… Sauf que Mazzéo était apparu à la télé. Un 32e de finale, ça vaut aussi par le fait de « voir son coach à la télé. Ça fait bizarre », s'émerveillait le jeune latéral gauche, Alexandre Martin.
Pour le revoir, il sait ce qu'il lui reste à faire…
Philippe LAUNAY

  US Raon l'Etape 4 - 0 SA SEZANNE

........................................................................

 Buts pour l'équipe de l'US Raon l'Etape:

    M. Maxime RAS à la 45 + 2ème minute

  M. Romain CHOULEUR à la 78 et 84ème minute

 M. Pierre CLAVIER à la 90ème minute

..............................................................................................................

Mi- temps : 1 - 0

Même si elle n'a toujours pas eu le scalp d'un des cadors de l'hexagone, l'US Raon l'Etape a réussi la performance d'atteindre pour la troisième fois de son existence, et pour la seconde année consécutive, le clan fermé des seizièmes de finaliste.

Et hier, face à Sézanne, les joueurs de Richard DEZIRE ne l'ont pas volé.

Le forfait du Raonnais SERY et la rapide blessure du défenseur Sézannais KELLIH ( gros hématome à la cuisse, 4ème minute ont modifié la donne pour les deux coachs.

Mais n'ont assurément pas altéré l'envie des vingt-deux acteurs de livrer un duel sans concession, l'intensité et le rythme effréné imposé d'emblée par les Raonnais qui ont posé le jeu en étirant au maximum la défense marnaise ont donné à ce 32ème de finale des allures de grand match.

La stratégie de l'équipe de division d'Honneur de faire durer la partie n'expliquait pas la fougue avec laquelle les Vosgiens ont entamé les débats.

Cela se matérialisait rapidement puisque les Sézannais, certes disciplinés et qui faisaient bloc, subissaient on ne peut plus, les coups de boutoirs d'un ensemble du cru inspiré et toujours en mouvement.

Cela étant la première opportunité intervenait sur un coup franc de CHOULEUR que KEITA, de la tête catapultait au fond des filets de FRITSCH, pas vraiment rassurant 17ème minute.

Mais le défenseur Raonnais était signalé hors-jeu.

Avertissement sans frais pour Sézanne qui usait de contres pour venir titiller l'arrière - garde locale, BOUDARD profitait d'un service d'EL MANDILI mais croisait trop sa tentative 19ème minute.

Sans temps mort, la partie tournait à l'avantage technique des Raonnais ( frappe de HACQUARD, 20ème minute et centre détourné sur l'arête du but de RAS, 31ème minute.

Ces derniers éprouvaient cependant les besoins de souffler sur un terrain gras, qui sollicitait déjà les organismes, Si bien que Sézanne héritait d'une opportunité grandeur nature quand SCOLAN dégageait sur BOUDARD.

Le ballon contré par le capitaine Champenois prenait le chemin des filets, mais était ensuite écarté par KEITA 34ème minute.

BOUDARD manquait ensuite de lucidité 38ème minute.

Juste avant que les Raonnais ne reprennent les rênes d'un match qui, sur ce qu'ils avaient démontré jusque-là, ne pouvait leur échapper.

CHOULEUR clôt le suspense

Simplement, il fallait qu'ils s'arment de patience face à un rival rigoureux qui pensait tenir son premier objectif, atteindre la pause sans encombres, mais une absence de marquage faisait capoter l'affaire dans le temps additionnel de l'acte initial.

Un centre au cordeau de WINGERTER trouvait RAS dont la tête était imparable pour FRITSCH ( 45e+2 ) " le premier but nous a fait mal", résumaient en choeur l'entraîneur marnais Jean Louis MAZZEO et son Capitaine Franck BOUDARD.

Si les Vosgiens avaient fait l'essentiel, cette ouverture du score laissait pourtant l'indécision planer sur une enceinte Raonnaise copieusement remplie et qui vibrait à la moindre incartade dans les surfaces de réparation.

Sézanne n'abdiquait en effet pas et même si RAS touchait du bois sur un service de HSINI 49ème minute, la menace visiteuse, certes sporadique, était réelle.

Sans le geste juste de KEITA devant BOURDON, le sort de la rencontre aurait pu basculer 52ème minute, bien que, comme soeur Anne, on ne voyait pas ce qui pourrait contrecarrer les deseins Taonnais, la délivrance se faisait attendre.

Mais cela valait le coup.

Dans un grand numéro, DUFRENNES enrhumait son vis-à-vis avant de centrer en retrait pour CHOULEUR, dont la volée faisait se lever tout GASSER 78ème minute.

Du bel ouvrage, Sézanne était désormais dans les cordes, et Raon l'Etape pouvait démontrer sa supériorité un peu plus, un contre s'achevait dans les pieds de DUFRENNES, qui après avoir éliminé le portier, se voulait altruiste en servant CHOULEUR 84ème minute.

Puis CLAVIER enfonçait définitivement le clou 90ème minute.

L'US Raon l'Etape pouvait dès lors regarder devant, et EUROSPORT, la chaîne qui appartient au groupe TF1 retransmettait le tirage au sort des seizième de finale un peu plus de deux heures après.

Le "gros" tant espèré par tous était alors dans le viseur, ce sera le FC NANTES, un ancien ténor...

 

   Francis.VERDUN

 

Ils ont dit

" Sérieux du début à la fin"

 Richard DEZIRE entraîneur de Raon l'Etape

" Une victoire en coupe de France est toujours belle, on a fait l'essentiel, ce n'était pas évident car quand on est le supposé favori, la tâche est difficile.

Les neuf clubs de Ligue 1 éliminés peuvent en témoigner

Cela rehausse la performance des joueurs, on a été cohérents et on a su marquer à un moment stratégique."

..................................................................................................

 M. Jean louis MAZZEO entraîneur de Sézanne

" Le score est lourd, mais il a fallu que je tente un coup à vingt minutes de la fin, avant, on a tenu la dragée haute aux Raonnais.

Mais le premier but nous fait mal, on avait eu, avant, des opportunités d'ouvrir la marque, on a été loin d'être ridicule".

.................................................................................

 M. Georges BILON  Président de l'US Raon l'Etape

" Ce 4-0 me gêne un peu pour un adversaire qui a été valeureux, les Sézannais ne sont pas dans les premiers en division d'honneur depuis deux ans pour rien.

Ils ont été courageux, que l'on ait marqué deux, trois ou quatre buts, je m'en fous, le principal c'est de passer, les joueurs ont été sérieux du début à la fin, même si je les ai trouvés un peu trop joueurs par moments".

..............................................................................

 Jérôme SCOLAN gardien de but et Capitaine de l'US Raon l'Etape

" On a fait le travail dans des conditions difficiles, pour une reprise, c'est un très bon résultat, 4 - 0, ce n'est pas rien, ça annonce des choses bien pour la suite.

On n'a pas été vraiment en danger, mais j'ai senti qu'ils pouvaient être dangereux dans la profondeur, mais, nous étions bien en place défensivement.

..............................................................................

 Franck DUFRENNES joueur de l'US Raon l'Etape

" A 2 - 0 les Sézannais n'étaient plus dans le match, on a eu des espaces, mais il fallait marquer ce deuxième but, car ils étaient dangereux.

Avant, en première mi-temps, ce n'était pas si simple, même si notre prestation a été bonne, on a su se faciliter les choses en marquant juste avant la mi-temps".

.............................................................................

 David DA ROCHA joueur de Raon l'Etape

"Je suis content de la qualification car nous avons fait un match sérieux, a titre personnel, j'ai perdu mon grand-père à la fin de l'année dernière et je lui dédie notre qualification".

.............................................................................

Franck BOUDARD Capitaine de Sézanne

" Le score est un peu sévère, les Raonnais ont été sérieux, on a eu des occasions en première mi-temps mais le but avant la pause nous fait mal.

ça reste tout de même un beau parcours".

  Composition de l'équipe de Sézanne

N°1 FRITSCH, N° 2 JOUSSOT puis ABBOU à la 69ème minute, n°3 CLAUSS, N°4 KELLIH puis DUBOIS à la 8ème minute, N°5 MARTIN, N°6 EL MANDILI puis FUENTES à la 69ème minute, N°7 LEVASSEUR, N°8 FERREIRA, N°9 BOURDON, N°10 BOUDARD, N°11 CHAVAUX.

  Composition de l'équipe de l'US Raon l'Etape

N° 1 SCOLAN, N°2 WINGERTER, N°3 CRILLON, N°4 SYLLA, N°5 KEITA, N° 6 HACQUARD puis VOINSON à la 69ème minute, N° 7 DA ROCHA, N°8 RAS puis LENGLET à la 80ème minute, N° 9 DUFRENNES, N°10 CHOULEUR, N°11 HSINI puis CLAVIER à la 86ème minute

 

Coupe de France (32emes de finales ) / Déziré : « C'est plus sympa de jouer à la maison »

Publié le mercredi 15 décembre 2010 à 08H05

Richard Déziré : « Pour moi, c'est du 50-50 ».

Richard Déziré : « Pour moi, c'est du 50-50 ».

 

Lundi à Bordeaux, Sézanne n'a pas tiré le gros lot. Avant-hier dans son chapeau, il y avait en effet Lille, le leader de la L1, ou Auxerre, fraîchement éliminé de la Champions League. Du lourd mais les Sézannais priaient pour en hériter. Ils priaient aussi pour éviter un déplacement chez une CFA.
Pas de bol, du saladier est sortie la boule sézannaise quand Raon-l'Etape, ancien club de National, cherchait un adversaire pour son 5e match à domicile en six tours. Samedi, l'USR, 13e du groupe D de CFA, accueillera la réserve du PSG. Les Raonnais tenteront d'enchaîner un 10e match sans défaite toutes compétitions confondues. Ils sont invaincus depuis le 18 septembre mais Richard Déziré, leur coach, reste prudent.

Richard, qu'avez-vous ressenti quand le sort vous a désigné Sézanne ?
« Un sentiment analogue à mon homologue sézannais, Jean-Louis Mazzéo. Quand on est un club amateur, de CFA ou de DH, on a l'espoir de disputer en 32es de finale un vrai gros match contre une L1. Ce n'est pas le cas. A nous de faire avec. Celui d'entre nous qui sera battu aura beaucoup de regrets ».

Vous avez quand même moins de frustration que les Sézannais puisque vous recevez ?
« Jouer à la maison, c'est plus sympathique. Cela peut être un plus pour aller côtoyer l'élite et se mettre en quête d'un exploit. Depuis que je suis à Raon, c'est la 5e fois que l'on va en 32es de finale, on n'a joué qu'une seule fois une L1. C'était déjà Grenoble en 2009 ».

Que connaissez-vous de Sézanne ?

« Sportivement, peu de chose même si j'ai eu Aurélien Ferreira sous ma coupe ici et Franck Boudard avait fait un essai (cf par ailleurs). C'est une bonne équipe de la DH Champagne. Pour moi, c'est du 50-50. Pour moi jusqu'ici, Sézanne, c'était surtout une halte sur la route qui me ramène chez mes parents en Normandie. C'est pile poil à mi-chemin. En famille ou seul, il y a un bon resto en centre-ville ».

Quand pensez-vous jouer le match ?

« Nous avons une préférence pour le samedi soir. En championnat, on évolue à 18 heures. Sézanne préférera sans doute le dimanche après-midi mais on ne s'est pas encore concerté. Après, la FFF s'en mêle quelques fois et décide du jour et de l'horaire ».
Propos recueillis par Ph.L.

 

Le 14 décembre 2010
 
  Sézanne, c'est ouvert !
Le rêve des Raonnais n'a pas totalement été exaucé.
Certes, le club de la porte des Vosges ne rencontrera pas un club de Ligue 1 en 32ème de finale, mais la réception de Sézanne, pensionnaire de DH, entrouvre la perspective d'un 16ème de finale.
Georges BILON
" Si ce n'est pas un bon tirage, je ne comprends plus rien au foot !"
Mais encore faudra-t-il prendre les pensionnaires de DH au sérieux. " C'est l'équipe pour se qualifier, mais on a sorti une Ligue 2, pourquoi un club de DH ne s'offrirait pas une CFA ?" prévenait ainsi Jérôme SCOLAN.
Un portier Raonnais déjà sur la défensive, comme l'aréopage du club de la Porte des Vosges, Georges BILON en tête, même s'il se refuse à penser au piège: " On reçoit à GASSER une formation hiérarchiquement inférieure, si ce n'est pas un bon tirage, je ne comprends plus rien au foot ! "
On ne saurait contredire l'enthousiasme du Président Raonnais dont l'équipe a fait étalage dans le passé récent de sa capacité à surmonter ce genre d'obstacle.
Ces dernières années, l'USR n'a jamais buté sur une formation moins huppée qu'elle.
L'intérêt est aussi double, s'il est certain qu'une qualification garnirait les finances du club ( 40 000 euros supplémentaires cumulés aux 35 000 déjà glanés
Le présage Présidentiel est enregistré.

Il n'y a plus qu'à passer le message.

 

Pierre-Emmanuel BLUM journaliste à Vosges matin

  US Raon l'Etape - SA SEZANNE DH

Tel est le verdict du tirage des 32èmes de finale de la coupe de France qui a été effectué à Bordeaux, les Raonnais n'ont pas grimpé aux rideaux, car ils auraient voulu jouer contre une équipe de Ligue 1.
Il faudra encore se méfier d'une équipe soi-disant inférieure.
 
 

Football (Coupe de France) / Tous derrière le SAS !

Publié le lundi 03 janvier 2011 à 09H09

Une équipe motivée et assidue.

Une équipe motivée et assidue.

 

Le SAS effectue un parcours historique en Coupe de France. Pour l'occasion, tout le monde  se mobilise  afin de poursuivre l'aventure.

L'ÉVÉNEMENT de ce début d'année approche. Le 9 janvier, le Sport athlétique Sézannais affrontera Raon-l'Étape (CFA) et se prépare pour ce déplacement historique dans les

Vosges


Une motivation sans faille
Des joueurs au président en passant par le coach, tous les membres du SAS ont la tête tournée vers ce nouveau choc. « C'était à la fois le pire et le meilleur tirage possible » explique Jorge Guedes le président. « Un cinquième déplacement et chez un adversaire deux échelons au-dessus de nous, c'est dur mais tout reste jouable pour nous. » Lui qui a promis de « mourir contre un gros et donc pas dans les Vosges » n'a pas besoin d'en rajouter beaucoup pour motiver l'ensemble de l'équipe. « Les joueurs sont extrêmement assidus depuis la reprise (en début de semaine dernière NDLR) et ce malgré les conditions » ajoute Jean-Louis Mazzéo, le coach des Sézannais. Il a repris avec ses joueurs une préparation physique intense pour être au point et répondre présent dans le domaine athlétique car « c'est sur ce plan-là que ça se jouera » et les joueurs adhèrent.

Le soutien de toute une ville


Avec la situation météorologique, il est pourtant difficile de pouvoir s'entraîner dans les meilleures conditions. C'est pourquoi la mairie fait son maximum. Mise à disposition de la maison des sports, ouverture exceptionnelle d'un terrain pour effectuer quelques oppositions…
S'il est toujours compliqué de se qualifier à l'extérieur, le SAS compte bien mettre toutes les chances de son côté. Déjà accompagnés par leurs supporteurs lors des deux tours précédents, les joueurs pourront compter encore une fois sur un soutien sans faille. Là encore, la mairie est à 100 % derrière le club puisqu'elle a prévu d'aider à affréter des bus pour rassembler le plus de public possible. De dix à douze élus, dont le maire, feront même le déplacement.
Alors qu'il vit actuellement le plus beau parcours de son histoire en Coupe de France, le SAS ne compte pas s'arrêter là et rêve de rencontrer l'un des cadors du championnat de Ligue 1. « Une équipe qui rêve est une équipe qui gagne » affirme le président.
Le rêve ne faisant pas tout, il est possible à tout le monde de participer au déplacement. Chaque supporteur de plus est une aide en vue des 16e de finale.
La billetterie est d'ores et déjà ouverte à la réservation au « Mag Presse » du centre Leclerc au tarif de 10 euros déplacement compris.
Vianney PANNET

Coupe de France (Raon L'étape-Sézanne) / La clé est dans les couloirs

Publié le jeudi 06 janvier 2011 à 09H15

12
Pour Wilson Grosset : « Raon, c'est surtout un collectif » par lequel Sézanne « ne doit pas se laisser aspirer », dixit Gaston Diamé (à dr.).

Pour Wilson Grosset : « Raon, c'est surtout un collectif » par lequel Sézanne « ne doit pas se laisser aspirer », dixit Gaston Diamé (à dr.).

 

SEZANNE (Marne). Wilson Grosset et Gaston Diamé ont un point commun : ils ont perdu contre les Raonnais en Coupe de France . L'ex-Sparnacien et l'ancien Rémois sont ainsi en mesure de mettre les Sézannais en garde.

DEFAITE 3-1 à domicile en championnat pour l'un, élimination 4-0 en Coupe dans les Vosges pour l'autre : Wilson Grosset et Gaston Diamé ont subi les foudres de Raon-l'Etape.
Tous deux gardent en mémoire l'image d'une équipe au très fort potentiel offensif. Aux Sézannais de prendre, dimanche, pour ce 32e de finale Coupe de France les mesures adéquates…

Grosset : « Etre costaud »

Ancien milieu gauche d'Epernay (2006-2007), Wilson Grosset évolue toujours en CFA. Avec Villefranche-sur-Saône, l'ex du Racing a affronté en championnat Raon-l'Etape, adversaire du SAS dimanche (15 heures).
Les Vosgiens s'étaient imposés dans le Rhône 3-1. « Sézanne a ses chances mais il faudra être costaud », prévient le joueur, coaché depuis cette saison, par Albert Falette.
Wilson, quels souvenirs gardez-vous de cette opposition ?
« On avait fait un bon début de match en ouvrant le score mais les Raonnais avaient répliqué de suite. Ils ont des ressources morales. Collectivement, c'est costaud. Ils avaient formé un bloc compact, avec beaucoup d'agressivité au milieu et une faculté à très vite se projeter vers l'avant. »
Avez-vous eu l'impression de jouer une équipe de contres ?
« Je l'avais vue à Lyon, contre La Duchère. Elle avait procédé de la même manière : un bloc solide et une grosse pression sur le porteur de balle. Ils ont une tour de contrôle au milieu (Sylla) et des attaquants rapides et efficaces devant (Dufrennes, Hsini et Clavier). Maintenant, à domicile en Coupe, c'est à Raon et pas à Sézanne de faire le jeu. »
En gros, vous déconseillez quand même aux Sézannais de concéder l'ouverture du score...
« Ce serait mieux car les Raonnais travaillent bien ensemble. Il y aura une grosse solidarité. Sézanne devra sortir un gros match, le jouer à fond. Il a tout à gagner. »

Diamé : « Tout part des couloirs »

Le 20 novembre, pour son 4e match de Coupe (7e tour), l'US Raon avait éliminé Imphy-Decize (CFA2), 4-0.
Entraîneur-joueur du club bourguignon, Gaston Diamé avait bu le bouillon avec les autres ex-Stadistes : Nevers, Miranda et Beulné.
Six semaines plus tard, le coach imphicois a avalé la pilule mais difficilement. « J'avais fait le c… La semaine précédente, j'étais à Clairefontaine pour passer un diplôme (le DEF qu'il a obtenu). J'avais eu des infos précises sur leur plan de jeu. Raon exploite bien la largeur de son terrain. Il faut bien quadriller sa moitié de terrain et ne pas lui laisser d'espaces sur les côtés ou en profondeur. »
Résultat ? Imphy-Decize a respecté le plan de marche jusqu'à se croire plus beau qu'il ne l'est : « On a voulu faire du jeu. Sur le premier déchet dans notre construction, ça a fait but pour eux. Tout part des couloirs. Il y a des dédoublements, ça va très vite.
Sézanne devra être plus sage que nous. Il faut être patient, bloquer leurs ailes pour faire durer le match… Derrière, Raon me semble moins costaud. Sézanne aura des opportunités mais il ne doit pas se laisser aspirer. »

Propos recueillis par Philippe LAUNAY

32es de finale de la Coupe de France demain Les joueurs du SAS ont rendez-vous avec l'Histoire

Publié le samedi 08 janvier 2011 à 11H00

Le rêve des Sézannais ? Une victoire, comme en Alsace le mois dernier.

Le rêve des Sézannais ? Une victoire, comme en Alsace le mois dernier.

ETAT D'ESPRIT. Motivés. « Nous avons une carte à jouer », martèle Jorge Guedes,

PROGRAMME

Agenda

  .    

 

 DIMANCHE 23 OCTOBRE 2016

LIEU: STADE ST HUBERT

6ème TOUR

 

 

  SA SEZANNE  

  DH        

     Reçoit BAR SUR SEINE

          MATCH DE COUPE DE FRANCE 

Venez nombreux encourager votre équipe  !!! 

 

   SEZANNE

SEZANNAIS NE LACHE JAMAIS     

Armes de Sézanne

 

 

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 5 Dirigeants
  • 8 Entraîneurs
  • 10 Joueurs
  • 12 Supporters